1. Accueil
  2. Le Blog
  3. Résidence MIAA 19, clap de fin !

La saison en 1 clic !

Événements et spectacles, tout y est !

-

Résidence MIAA 19, clap de fin !

Clap de fin de la résidence MIAA : La restitution est un moment très attendu par les quelque 300 élèves et leurs enseignants des UPE2A qui ont eu a  la chance cette année  d’accueillir un artiste au sein de leur classe.

La résidence a concerné 22 écoles et collèges de la métropole, autant d’enseignants, d’aides éducateurs et surtout plus de 300 enfants et adolescents nouvellement arrivés en France , de Syrie, de Bosnie de Roumanie, Afghanistan, d’ Algérie , de Guinée, du Nigeria, du Portugal, d’Italie, de Bulgarie, de Serbie, d’Irak, du Yemen, de Mali, du Congo , du Cap vert, d’Ukraine, du Tibet, du Sénégal, d’Ukraine, du Venezuela, d’Inde, du Pakistan.

Cette année l’image est à l’honneur, les projets on été menés avec les artistes Lionel Pralus, photographe et Gilles Deroo, cinéaste.

20190604_110609P1120969P1120981P1120972

Les films comme les photos sont de vraies surprises pour les élèves qui n’en reviennent pas du résultat!  Les photos , les vidéos et stopmotion et les films réalisées par les jeunes apprentis cinéastes et photographes en herbe suscitent aussi l’admiration des plus grands et on est très fiers au Grand Bleu de garder l’expo dans nos murs pendant quelques jours encore!

« C‘est impressionnant de se voir sur grand écran devant des spectateurs, comme au cinéma »

Comme ce sont les artistes qui en parlent le mieux, nous vous livrons leurs impressions à travers ces deux textes écrits après leur riche expérience tout au long de ces 4 mois de résidence.

Gilles Deroo :

« Avec les élèves allophones, je savais que j’allais entendre 100 voix et 100 langages différents. Je me suis dit que ce serait la matière première de nos petits essais cinématographiques, parce que la voix, même si on ne comprend pas ce qui est dit porte en soi tant de musicalité, de rythme, de caractère, et toute l’humanité.

J’ai regardé ce qu’il y avait près de chaque établissement : un parc, un musée, une piscine, une serre… et proposé qu’on y raconte des histoires pour jouer à ce jeu tout simple, on dirait que tu serais… Aphrodite, Robinson, Un guerrier, Un survivant…

Cela a réveillé l’enfance je crois, la joie de faire semblant, même chez les plus grands. Une belle application à bien faire les choses.

Et avec cette énergie on pouvait travailler dans le plaisir. L’histoire n’étant qu’un prétexte, on s’est concentrés sur des choses de cinéma, du temps et du mouvement, filmer la fuite, un travelling, un visage, suspendre le temps, toutes ces choses qui m’intéressent en tant que cinéaste. Et les élèves m’ont suivi avec une joie que je peux dire, vraiment partagée. »

 

Lionel Pralus :

« Avec comme dénominateur commun l’observation du quotidien et sa ré-interprétation, les groupes ont abordé des thématiques différentes en lien avec des axes de travail déjà abordés en classe ou émergent suite aux questionnements amenés par l’artiste.

Comment détourner le réel, créer des fictions par l’image ? Comment se mettre en scène et montrer une image de soi différentes de celle attendue ?

Par les réponses qu’ils ont su apporter, les élèves ont donné à voir tout un monde insoupçonné, des êtres miniatures évoluant au ras du sol, des fantômes émergeant d’un bouquet de persil… Autant de moments artistiques tantôt préparés à l’avance, tantôt improvisés, dans une pratique de l’image ludique et expérimentale. »

Ce fut l’occasion de donner la parole aux jeunes, aux enfants, sans restriction, dans une ouverture propice à la création. Essentiellement à travers l’image photographique et vidéo, j’ai souhaité brouiller les pistes, penser des mises en scènes dans lesquelles ont puisse à la fois percevoir le quotidien des jeunes et s’évader, s’en extraire, pour le sublimer. La création photographique devient alors la trace d’un moment de partage, sachant que l’essentiel du travail réside dans le temps de préparation, dans la complicité qui s’établit entre l’équipe éducative, les enfants et l’artiste.

La MIAA est une résidence mission portée par le Grand Bleu en partenariat avec le CASNAV et financée par la DRAC- Hauts- de- France.

 

 

 

 

La version de votre navigateur est trop ancienne

Pour afficher de manière satisfaisante le contenu de ce siteTélécharger Google Chrome

×