1. Accueil
  2. Le Blog
  3. Et qu’est-ce qui fait que l’on aime un spectacle?

La saison en 1 clic !

Événements et spectacles, tout y est !

-

Et qu’est-ce qui fait que l’on aime un spectacle?

Depuis jeudi, une trentaine de jeunes européens joue le jeu avec brio du projet TeeNEXTers.
 
Irlandais, espagnols, écossais, belges et français… toute cette petite équipe est allée voir ensemble des spectacles programmés dans le cadre du festival NEXT.
 
Au Phénix [4, de Rodrigo Garcia], à la Rose des Vents [A Forbidden Act, de Movement Dang Dang], au Grand Bleu [Het Hamilton Complex, de Lies Pauwels] ou à la Maison de la Culture de Tournai [Historia de Amor, de Teatrocinema], il s’agissait de spectacles très surprenants, originaux, parfois déroutants ou choquants… en tout cas, à chaque fois sujets à débats et discussions.
 
 
A partir de la matière de ces spectacles, les jeunes se sont prêtés au jeu de proposer des critiques, des retours, des réponses…
 
Qu’il s’agisse de trois mots pour décrire l’expérience du jour, donnés à chaud, juste à la sortie du spectacle, ou bien de sons, de chansons, d’émotions, de sculptures vivantes, de textes, de gestes, de bribes de mots, de performances ou d’improvisations, tous expriment leurs ressentis, leurs opinions, à travers différents médiums artistiques.
 
En effet, ils sont accompagnés dans ce projet par une équipe d’artistes et de critiques professionnels, qui leur proposent des ateliers, avec pour objectif de faire émerger un avis… et tous les moyens sont bons!
 
Et les participants, pleins d’idées, de motivation et de générosité, ont donc inventé de multiples formes pour répondre à ces expériences artistiques.
 
 

teeNEXTers_nov2015 (15)

On a donc pu expérimenter des sons de poulets, la chanson de la colère ou celle de la joie, la démarche d’un personnage, des rythmes de flamenco, des situations où ne sait plus comment dire non et des solutions pour en sortir, des rires forcés, des mots durs et des mots doux, des tas de cases de bande dessinée remplies, des claps de mains plus ou moins intenses, des zones de confort qu’il est intéressant de quitter, des coups de gueule, des coups de cœur, des hésitations et des certitudes aussi.
 
On a débattu sur ce qui fait qu’un spectacle est un spectacle (c’est le fait qu’il y ait un public? des acteurs? des répétitions? un message? une éthique? des émotions?), sur l’endroit où se situe l’art (sur la scène? dans les yeux du public? au moment des répétitions? est-ce que l’art se passe au bar, au moment de la discussion?) ou encore sur ce qui fait que l’on aime un spectacle, ou pas.
 
 

 
On a cherché nos mots, en anglais, en français, en espagnol et même en flamand. Et parfois, on trouvait les mots d’une autre langue plus justes pour décrire ce que l’on ressentait.
  
On a été d’accord, puis pas d’accord, puis parfois re-d’accord.
 
Le projet TeeNEXTers se termine ce soir.
C’était plein d’énergie, d’idées, de rencontres et d’intelligence.
 
UN IMMENSE MERCI à tous les jeunes participants, aux artistes et critique (Elodie Ségui, Emmanuelle Destremau, Lola Eiffel, Peter Hussey, Caolan Dundon and Gareth Vile) et aux structures partenaires (le Crooked House Theatre Company (Newbridge, Irlande), le Youth Theatre Arts Scotland (Edimbourg, Ecosse, Royaume-Uni), le Laboratorio de Artes de Valladolid (Espagne), le BUDA Kunstcentrum (Courtrai, Belgique) et La Rose des Vents (Villeneuve d’Ascq, France)).
 
Et à l’année prochaine?
La version de votre navigateur est trop ancienne

Pour afficher de manière satisfaisante le contenu de ce siteTélécharger Google Chrome

×